Vu sur le site du sénat :

Préservation de l’intégrité patrimoniale de la colline de Vézelay (Yonne) et maintien du classement UNESCO patrimoine mondial de l’humanité

14 ème législature

Question écrite n° 05082 de Mme Hélène Lipietz (Seine-et-Marne – ECOLO)

publiée dans le JO Sénat du 07/03/2013 – page 738

Mme Hélène Lipietz appelle l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur les menaces pesant sur l’intégrité patrimoniale de la colline de Vézelay.

En effet, ce site a été classé en 1998 avec pour première règle la protection de l’angle naturel des pentes de la colline où une parcelle de 6 886 m² sur son versant sud à l’entrée du village, en covisibilité avec la basilique, a été rendue constructible en 2009 par modifications successives du plan d’occupation des sols (POS) pour satisfaire un projet initié en 2002.
Depuis le 26 octobre 2012, cette parcelle est défoncée par des bulldozers et les murs s’élèvent.

Ce projet, nommé « maison médicale », regroupe, hors les murs, la pharmacie et le cabinet paramédical avec deux des quatre praticiens libéraux indépendants qui exercent dans cette commune de 460 habitants. L’agence régionale de santé n’y participe pas. Le reste des 1 600 m² de surface hors œuvre brut est sans affectation.

La construction de quatre barres modernes sur deux étages, hors d’échelle par rapport au bâti traditionnel, va occulter l’échappée visuelle saisissante qui révèle soudain le village médiéval couronné de sa basilique en montant tant à pied qu’en voiture depuis Saint-Père-sous-Vézelay, voie d’accès la plus courante.

Une partie de la parcelle était aménagée en terrains de sports et servait à l’occasion aux fêtes villageoises. Surtout, son aire polyvalente horizontale permettait aux 800 000 touristes annuels, en nombre fluctuant selon les heures, dates et saisons, d’y trouver 450 places de parking ombragées ; le stationnement rapporte la moitié des revenus communaux. Les 3 500 m² d’emprise au sol du projet ne laisseront sur la parcelle que 26 places de parking touristique et aucun équipement sportif.

L’économie générale du site en est bouleversée. Trois cents places de parking sont en cours de transfert au chevet même de la basilique, cela n’incitera pas les touristes à descendre visiter le village, annulant ainsi l’effet de surprise, « mystique », que créait la montée à pied dans la rue inchangée depuis le Moyen-Âge, approche spirituelle de la basilique.

L’arrivée à la basilique ne se fera donc plus par la traditionnelle montée, mais par le chemin de ronde Nord. Le chemin de ronde, aménagé en promenade aux arbres séculaires, créé au XVIIIe siècle par le remblai des fossés, ne pourra supporter un trafic à double sens qui va déstabiliser les remparts, classés monuments historiques en 1875.

Aussi, elle lui demande quelles mesures elle entend prendre pour protéger les coteaux de la colline de Vézelay et ces remparts et ce faisant, sauvegarder l’intégrité patrimoniale du site, classé par la France et protégé au titre du patrimoine mondial depuis 1979, car la menace d’un déclassement par l’UNESCO ne peut être ignorée.

En attente de réponse du Ministère de la culture et de la communication.

source: http://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ130305082.html

ndr: Dans le genre , il n’est pas trop tard pour se réveiller ! ça doit être le bruit des bulldozers qui remonte jusqu’à Paris.