Maison médicale


Paru dans l’Yonne Républicaine le 26/01/2007.
yonne rep suspension tribunal.gif

(désolé, il manque la fin, elle n’a pas été imprimée dans le journal)

Il faut ajouter quelques 80 personnes qui ne sont pas citées mais qui ont également signé le recours gracieux ; sachant cela les 6 personnes nommées (sans leur autorisation d’ailleurs) passeront peut-être moins pour des emmerdeurs.

Je suis personnellement « écoeuré », pour reprendre le terme de l’article, de la réflexion des professionnels de santé qui se sont lancés dans ce projet sans même avoir consulter le dossier en totalité (et pas simplement la partie financière) ce qui prouve que leur intérêt pour le patrimoine.

On en parle ailleurs:

http://www.lagazettedescommunes.com/RSS/detailArticle.asp?id=16206

Je tiens à souligner le sous-titre « Détail d’une brève » de la rubrique (! sourire).

de Philippe Alexandre Richesses Des oiseaux de mauvais augure, à l'humour grinçant, nous annoncent que dans deux ou trois générations, la France n'aura plus rien à produire et à vendre. Les pays émergents seront les ingénieurs et les fabricants de la planète et nous, avec notre merveilleux modèle social, nous ne pourrons plus soutenir la concurrence. « Heureusement disent ces méchants prophètes, la France a un patrimoine unique au monde : les Chinois, les Indiens, tes Brésiliens viendront par millions dé­penser ici l'argent amassé dans une année de rude la­beur. » En somme la France sera un gigantesque musée dont nos descendants seront les gardiens. Sans vouloir prêter foi à ces abracadabrantes prévi­sions, il est vrai que nous possédons dans toutes nos régions — et tout particulièrement en Bourgogne — un patrimoine de vieilles pierres qui a presque toujours été sauvegardé avec passion et intelligence. 11 faut en rendre grâce à l'Etat, protecteur attitré du patrimoine, et aux nombreux mécènes qui ne sont pas tous exclu­sivement animés de leur intérêt fiscal. Mais c'est sur­tout à nos élus, maires, conseillers généraux, parle­mentaires que l'on doit cette préservation de nos richesses reçues en héritage. Nous avons donc été quelques-uns à éprouver un douloureux coup au cœur en regardant les plans d'une « Maison Médicale », plutôt moins réussie qu'une HLM moyenne, projetée à l'entrée de Vézelay. Depuis que Mé­rimée, sous Napoléon 111, a sauvé la basilique, aujour­d'hui consacrée « Patrimoine de l'Humanité » par l'UNESCO. jamais personne n'avait eu l'idée d'outrager, par une construction moderne, la sainte petite cité bourguignonne où saint Bernard prêcha les croisades en appelant les pèlerins de toute l'Europe chrétienne. Socialement, l'idée est contestable de déménager au pied de la ville des professions médicales qui siè­gent actuellement au milieu de la rue principale. Eco­nomiquement, il ne manquait pas à Vézelay de vieilles demeures en mal de réhabilitation. Esthétiquement, c'est l'horreur ! Le député de la circonscription, Jean-Marie Rolland, qui est médecin, n'a pas eu connais­sance des plans du bâtiment projeté. Craignait-on ses réactions ? Si le projet se réalise, les habttantsde Pékin, qui pleu­rent leur ville massacrée pour cause de Jeux Olym­piques, auront pour premier spectacle en arrivant en Bourgogne, sur la route de Dijon, une verrue de béton. Puisque c'est la saison des vœux, souhaitons que quelqu'un ici ou ailleurs, prenne à cœur cette belle cause : la défense de nos richesses. Et aux lecteurs de cette chronique, j'adresse des vœux de paix, de succès, de bonheur.

cliquez sur l’image pour l’agrandir.

vivre_en_bourgogne.jpg

Cliquez sur l’image pour la voir en plus grand.

maison_medicale_yr_20061208.jpg